Glossaire de la fibre optique

A

ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line) : Technologie permettant de transmettre des débits élevés sur la ligne de l’abonné. Le débit est dissymétrique, c’est-à-dire plus élevé dans le sens entrant chez l’abonné que dans le sens sortant (par exemple 640/1500 kbps).

ATTENUATION ou AFFAIBLISSEMENT : Baisse de signal entre deux points (dû par exemple aux connecteurs, épissures, longueurs de fibre optique, défauts, etc.). L’atténuation ou affaiblissement linéique d’une fibre optique s’exprime en dB/km (0 dB = pas d’atténuation). L’affaiblissement spectral dépend de la longueur d’onde utilisée. Exemple : 3 dB/km à 850 nm et 1 dB/km à 1300 nm pour une même fibre optique.

ATTÉNUATEUR : Composant permettant de réduire la puissance optique en créant de la perte.

ADAPTATEUR : Désigne une pièce mécanique permettant de raccorder deux standards de connecteurs différents ; on parle alors d’adaptateur inter-série (par exemple SC / ST).

APC : Type de finition d’une fiche. Il correspond à un polissage en angle de 8° permettant d’avoir une réflectance meilleure que -60 dB. Remarque : la finition APC n’est pas compatible avec la finition PC ou UPC.

B

BANDE PASSANTE : La bande passante d’une fibre optique est définie comme étant la fréquence maximum de transmission en MHz pour laquelle le signal transmis subit un affaiblissement de 3dB. Plus la bande est large plus la capacité à supporter des transmissions hauts débits sera importante. Elle s’exprime en MHz.km ou en GHz.km. Elle dépend de la longueur d’onde de transmission et des paramètres physiques de la fibre (diamètre de cœur, matériaux...).

BACKBONE : Littéralement « épine dorsale », véritable colonne vertébrale des réseaux informatique sur lequel est connecté l’ensemble des réseaux et sous réseaux.

BEC : Un boîtier d’épanouissement de câbles permet la tenue du câble et l’épanouissement des fibres.

BLINDAGE : Couverture protectrice d’un câble qui élimine les interférences électromagnétiques et radioélectriques.

BOBINE AMORCE : Longueur de fibre utilisée pour une mesure de réflectométrie avant et après le câble à mesurer. Il permet d’amortir la zone morte (éblouissement) liée au train de lumière créé par la puissance du réflectomètre.

BRASSAGE : Action de modifier, par branchement, l’affectation d’une fibre d’un réseau amont, munie d’une fiche de connecteur, sur un panneau de connecteurs reliés à un réseau aval.

BREAKOUT : Type de câble dans lequel plusieurs câbles à jarretière généralement de 2 mm sont protégés dans une même gaine.

BUDGET OPTIQUE : Différence entre la puissance de l’émetteur et de celle du récepteur.

C

CÂBLE COAXIAL : Câble à structure concentrique, constitué d’un conducteur central (fil monobrin ou multibrins) entouré d’un matériau diélectrique puis d’un blindage conducteur et d’une gaine extérieure isolante. Le blindage est une tresse en fils ou une feuille métallique.

CÂBLE À JARRETIÈRES : Câble de faible contenance (1 ou 2 fibres) de faible diamètre (1.6 à 2.8 mm) permettant de fabriquer des cordons optiques.

CÂBLE MULTIPAIRES : Câble formé de plusieurs paires de cuivre (torsadées ou non).

CASSETTE D'ÉPISSURAGE : Elément constitutif d’un boîtier ou tiroir permettant d’accueillir un nombre défini de fibres épissurées, avec possibilité de love.

CLIVEUSE : Outil permettant de couper droit la fibre (cliver) pour la préparer à la soudure.

CŒUR DE LA FIBRE : Partie centrale d’une fibre optique généralement en silice dans laquelle se propagent le signal optique et les données. Il peut être de plusieurs diamètres selon le type de fibre (ex : 9 µm pour la fibre monomode, 50 ou 62.5 µm pour la fibre multimode).

CONCENTRATEUR : Équipement permettant le regroupement de plusieurs canaux de transmission. Désigne généralement un HUB (Ethernet) ou MAU (Token Ring).

CONNECTEUR : Un connecteur optique permet la connexion et la déconnexion non destructives d’une ou plusieurs fibres optiques (connecteur multifibres) entre deux câbles optiques ou entre un câble optique et un appareil. Il est généralement constitué de deux fiches et d’un raccord (également appelé corps de traversée ou adaptateur.)

CONVERTISSEUR DE MÉDIA : Un convertisseur de média permet de faire communiquer deux segments de réseau qui empruntent des supports physiques (médias) différents : coaxial, paires torsadées, fibre optique monomode ou multimode. C’est une solution très pratique en particulier pour prolonger un segment cuivre sur fibre optique, jusqu’à un local ou un bâtiment éloigné.

CORDON : Câble utilisé pour les liaisons entre les points de connexion et les terminaux, postes de travail (brassage)… Appelé aussi patchcord ou jarretière, c’est un ensemble comprenant une ou deux fiches de chaque côté d’un câble à jarretière simplex, zipcord ou duplex.

COUPLEUR : Équipement passif utilisé dans la technologie PON. Dans le sens descendant, le coupleur réplique le signal optique en provenance d’une fibre vers un nombre défini de fibres (on parle de coupleur 1 vers 8, 1 vers 4, etc.). Dans le sens montant, il combine les signaux optiques en provenance des clients.

D

DÉCIBEL ou dB : Unité de mesure pour la puissance optique (dB=10log (power ratio)).

DÉNUDAGE : Opération consistant à retirer le revêtement mécanique de protection d’une fibre, principalement à l’aide d’un moyen mécanique (pince calibrée).

DÉPAIRAGE : Erreur de câblage créant une fausse paire avec deux fils issus de deux paires différentes.

DÉTECTEUR : Diode lumineuse qui convertit le signal lumineux en signal électrique

DIÉLECTRIQUE : Qui ne conduit pas (ou peu) l'électricité mais laisse s'exercer les forces électrostatiques.

DISPERSION : Séparation temporaire de la longueur d’onde circulant dans un composant (mode différent ou vitesse de propagation différente).

DTIo - DISPOSITIF DE TERMINAISON INTÉRIEUR OPTIQUE : Élément passif situé à l’intérieur du logement ou local à usage professionnel qui sert de point de test et de limite de responsabilité entre le réseau d’accès en fibre optique et le réseau du client final.

DISTRIBUTION : Type de câble dans lequel plusieurs fibres gainées 900 µm sont entourées de kevlar et d’une gaine de protection.

DUPLEX : Terme utilisé pour désigner une fiche optique ou un connecteur à deux voies optiques (fiches à deux embouts, raccords acceptant deux embouts).

DWDM (Dense WDM “Multiplexage dense d’ondes optiques”) : Technique de multiplexage optique opérant autour de 1550 nm.

E

ECLATEUR : Pièce ou ensemble de pièces servant à assurer une continuité de protection mécanique entre un tube ou un câble contenant plusieurs fibres et n tubes ou n câbles qui protègent une ou plusieurs fibres.

ÉPISSURE : Raccordement de 2 fibres simples appelées « brins », de manière définitive pour former une liaison. L’épissure, aussi appelée soudure, peut être réalisée par juxtaposition (épissure mécanique) ou par fusion des 2 fibres (avec une soudeuse).

ETHERNET : Réseau cuivre utilisant des bandes passantes de 10 Mbps à 1000Mbps défini par la norme IEEE 802.

EUROCLASSES : Les Euroclasses forment un système de classement au sein de l’Union européenne portant sur la résistance au feu des matériaux. Les cinq catégories d’exigence des Euroclasses sont plus complètes que l'ancien classement français, prenant en compte les fumées dégagées ainsi que d'éventuelles gouttelettes projetées.

F

FDDI (Fiber Optic Distributed Data Interface) : Standard ISO. Réseau à anneau qui permet des transferts de données à haute vitesse (100 Mbs) sur fibre optique.

FÉRULE : Partie en céramique situé en extrémité d’un connecteur et qui permet le maintien de la fibre.

FIBRE OPTIQUE : Support de transmission de signaux sous forme d’impulsions lumineuses. La fibre optique est très fine, constituée de silice ou de plastique flexible.

FICHE : Élément mécanique d’extrémité comprenant une férule de raccordement (céramique, métallique ou verre), également appelée connecteur.

FO : Abréviation pour Fibre Optique.

FOP : Fibre Optique Plastique (aussi appelée P.O.F pour Plastic Optical Fiber).

FOTAG : Code couleur de fibres optiques ou tubes/micromodules FOTAG IEEE 802.8 pour permettre un repérage et une identification.

FRP : FIber Reinforced Plastic = « plastique renforcé de fibre » ou « polymère renforcé de fibre », matériau composite composé de résine et de fine fibre (fibre de verre, d’aramide ou de carbone) ayant de très bonne propriété mécanique avec une faible densité, idéal pour remplacer les métaux.

FTTx, LA FIBRE JUSQU'À… : Architectures de réseaux de distribution d’abonnés prévoyant une infrastructure fibre optique à partir du Central Office et, selon les cas, jusqu’à un point plus ou moins rapproché de l’abonné final.

- FTTH (Fiber To The Home) : Jusqu’au domicile de l’abonné final.

- FTTA (Fiber To The Antenna) : Jusqu’à l’antenne.

- FTTB (Fiber To The Building) : Jusqu’au pied de bâtiment.

- FTTO (Fiber To The Office) : Jusqu’au bureau.

FULL DUPLEX : Transmission simultanée sur deux voies dans les deux directions.

G

GAINE OPTIQUE (cladding) : Gaine de silice de 125 µm recouvrant le cœur de la fibre permettant d’avoir un faible indice de réfraction.

GAINE PRIMAIRE (coating) : Revêtement de protection de 250 µm généralement en plastique appliqué directement sur la gaine optique d’une fibre optique lors de son étirage pour assurer sa protection mécanique.

GAINE DE RETUBAGE : Gaine plastique de différent diamètre permettant le retubage des fibres en structure 250 µm.

GEL D’INDICE : Fluide ayant le même indice de réfraction que celui des deux fibres soudées, réduisant ainsi la réflectance et la perte d’insertion.

GIGABIT ETHERNET : Terme utilisé pour décrire une variété de technologies utilisées pour mettre en œuvre le standard Ethernet à des taux de transfert de données d'un gigabit par seconde (ou 1 000 mégabits par seconde).Technologies permettant le transfert de données à un gigabit par seconde sur un câble cuivre à paire torsadée.

G652D : La fibre optique monomode standard est la fibre optique G652, cette norme ayant évoluée en plusieurs variantes. La fibre G652D représente la version la plus performante et la plus courante de cette famille de fibre. Ses performances sont définies selon la norme IEC 60793-2-50 type B.1.3.

G657 : Développée pour répondre aux exigences techniques et financières des opérateurs, la fibre monomode G657 se caractérise par ses nombreux avantages : un faible rayon de courbure et une flexibilité & facilité d’installation, très utiles pour réaliser le câblage notamment à l’intérieur des bâtiments.

G655 : La fibre G655 est une fibre à dispersion décalée, dont la longueur d’ondes de dispersion nulle a été ramenée vers 1450 nm. Elle est nommée fibre NZDS : Non Zero Dispersion Shifted (fibre à dispersion décalée non nulle). Sa création provient de l’utilisation des réseaux DWDM longue distance pour lesquels une légère dispersion chromatique est nécessaire pour éviter une interaction possible entre les différentes longueurs d’ondes.

H

HAUT DÉBIT : Les réseaux haut débit sont favorisés par la commercialisation des offres d’accès xDSL, câble et boucle locale radio ou fibre optique. Les débits vont de 128 Kbps à plusieurs Mbps. Grâce à la fibre optique on parle également de Très Haut Débit qui peut aller jusqu’à plusieurs Gbps.

HFC : Transmission hybride fibre optique-câble coaxial.

HUB : Concentrateur en étoile permettant de relier plusieurs stations de travail en réseau en utilisant la paire torsadée.

I

IMPÉDANCE : Pour les câbles coaxiaux, il s’agit de l’équivalent, pour des courants alternatifs, de la résistance. Elle est mesurée en Ohm.

INDICE DE RÉFRACTION : Rapport de la vitesse de la lumière dans le vide à celle dans le milieu considéré.

J

JARRETIÈRE : Câble optique, également appelé cordon, à une ou à deux fibre optiques équipé de connecteurs aux extrémités, et permettant de réaliser le brassage ou le raccordement entre deux points.

L

LASER : Amplification lumineuse par radiation. Les Lasers sont utilisés comme des sources pour les communications par fibre optique.

LAN (Local Area Network) : Réseau local – de quelques centaines de mètres à quelques kilomètres. Parfois traduit par « Réseau Local d’Entreprise » (RLE).

LED (Light Emitting Diode) : Source lumineuse à semi-conducteurs qui convertit les signaux électriques en une lumière visible ou en des rayonnements infrarouges.

LONGUEUR D'ONDE (Wavelength) : Mesure de l’oscillation d’une onde. Définie comme : Vitesse de l’onde divisée par sa fréquence. Elle est représentée par le symbole λ (Lambda) et exprimée en unité de longueur (μm ou nm).

LSZH (Low Smoke Zero Halogene) : Caractérise la gaine d’un câble, ou un plastique qui ne dégage pas de fumées toxiques en brûlant.

M

MAN (Metropolitan Area Network) : Réseau dont la distance entre les deux points les plus éloignés peut atteindre plusieurs dizaines de kilomètres et qui sert à relier les équipements et les réseaux départementaux d’une grande entreprise ou d’un campus. Son support est souvent en fibre optique.

MANCHON : Désigne d’une façon générale une pièce de protection mécanique. Selon les constructeurs, le terme est utilisé pour désigner la partie arrière d’une fiche, glissée sur le tube ou le câble et maintenu en place par emmanchement à force ou par technique de rétreint dimensionnel (déformation mécanique, thermique…).

MHZ et MBPS : MHz = millions de cycles par seconde - Mbps = millions de bits par seconde. Il n’y a pas de relation directe entre Mbs et MHz car l’information peut être codée suivant différents modèles (Manchester, NRZI, MLT 3, etc.). Ethernet 10 Mbs et Token Ring utilisent le codage Manchester : le nombre de MHz est voisin du nombre de Mbps. Ethernet 100 Mbs et ATM utilisent un codage MLT3 : le nombre de MHz est environ 3 fois moins élevé que le nombre de Mbps.

MODES : Trajets que peuvent effectuer certains rayons lumineux à l’intérieur d’une fibre.

MODULE [TUBE, GAINE, MICRO-MODULE] : Sous-ensemble de fibres gainées, inclus dans un câble en fibre optique. Les fibres optiques contenues dans un câble en fibre optique peuvent être rassemblées au sein de modules. Par exemple, un câble de 144 fibres peut contenir 12 modules comprenant chacun 12 fibres optiques.

MONOMODE : Fibre optique dans laquelle ne peut être entretenu qu’un seul faisceau de rayons lumineux (également appelé mode). En effet, leur cœur très fin n'admet qu'un mode de propagation, le plus direct possible c'est-à-dire dans l'axe de la fibre. Elle est utilisée pour les longues distances et/ou de plus hauts débits. Plusieurs types de fibre monomode existent comme la G652D, G657, G655…

MULTIMODE : Fibre optique dans laquelle peuvent être entretenus plusieurs faisceaux de rayons lumineux (également appelés modes). Elle est caractérisée par un diamètre de cœur pouvant aller de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de micromètres (les cœurs en multimodes sont de 50 ou 62,5 µm). Elle est utilisée pour le câblage de réseaux privés et donc sur de plus courtes distances. Plusieurs types de fibre multimode existent comme l’OM1, l’OM2, l’OM3, l’OM4…

MULTIPLEXEUR : Appareil permettant de combiner l’envoi de plusieurs longueurs d’onde dans une même fibre en les retrouvant distinctes en sortie.

N

NANOMÈTRE : Unité utilisée pour mesurer la longueur d’ondes. 1 nm = 0,000000001 m

NRO, NOEUD DE RACCORDEMENT OPTIQUE : Point de concentration d'un réseau en fibre optique où sont installés les équipements actifs et passifs à partir desquels l'opérateur commercial active les accès de ses abonnés.

O

OTDR ou RÉFLECTOMÈTRE OPTIQUE : Appareil de mesure permettant l’analyse détaillée d’une liaison optique, et la localisation des événements, impuretés ou ruptures sur la fibre optique.

OUVERTURE NUMÉRIQUE : Valeur qui correspond à la propriété d’une fibre optique à collecter la lumière pour la propager.

OM1, OM2, OM3, OM4 : Les fibres optiques multimodes ont un cœur de silice dopé dont l’indice de réfraction s’élève progressivement lorsqu’on se rapproche du centre. Il existe 2 grandes familles de fibres optiques multimodes : les fibres 50/125 μm (OM2, OM3, OM4) et 62,5/125 μm (OM1). Les fibres multimodes à gradient d’indice en 62,5/125 μm (OM1) ou 50/125 μm (OM2) répondent aux standards du marché des réseaux locaux. Les fibres 50/125 μm type OM3 et OM4 sont principalement utilisées pour les réseaux locaux à haut débit. La fibre 50/125 μm OM4 est par exemple destinée aux applications 10 Gb/s.

P

P2P : Point to Point. Ce type d’architecture nécessite la pose d'une fibre continue et non partagée entre le NRO (Nœud de Raccordement Optique de l'opérateur) et l'utilisateur. Elle a comme particularité de fournir à chaque terminaison de réseau une fibre dédiée. Cette technologie a l'avantage de permettre l'allocation de toute la bande passante potentiellement disponible sur une fibre pour un abonné.

PANNEAU DE BRASSAGE : Panneau permettant de concentrer et brasser les paires de fils torsadées ou la fibre optique.

PERTE D'INSERTION ou INSERTION LOSS : Perte causée par l’ajout de composants sur le lien optique, comme des soudures, des connecteurs.

PHOTOMÈTRE (Power Meter) : Appareil mesurant l’atténuation en dB d’un lien.

PIGTAIL « queue de cochon » : Fibre généralement de 900 μm de quelques mètres, préconnectorisée d’un seul côté et destinée à être raccordée à l’autre extrémité par une épissure, également appelé demi-cordon.

PINCE D'ANCRAGE :  Matériel permettant de fixer des câbles à fibre optique (ADSS ou Figure-8) ou cuivre en aérien sur divers supports, notamment des poteaux.

PINCE DE SUSPENSION : Matériel permettant le maintien des câbles à fibre optique (ADSS ou Figure-8) ou cuivre en aérien sur des points d’accroches intermédiaires placés entre les pinces d’ancrage.

PM (Point de Mutualisation) : Lieu où s'effectue la connexion entre les fibres optiques des différents abonnés (c'est-à-dire de l'opérateur d'immeuble) et les fibres optiques des opérateurs commerciaux. Cette connexion peut être une soudure ou un brassage.

PMD (Dispersion des modes de polarisation) : Un des phénomènes physiques inhérents à la fibre optique et aux autres composants optiques qui cause un étalement des impulsions lumineuses lors de leur cheminement le long de la fibre optique. Ce phénomène affecte la transmission du signal.

POLISSAGE : Opérations de préparation des faces optiques des fibres à l’extrémité des embouts de fiches. Selon les fabricants les abrasifs recommandés sont de formes, de dimensions et de matériaux variés. On distingue deux types de polissage : le polissage d’ébauche et celui de finition.

POLYETHYLENE (PE) : Matériau de gainage possédant d’excellentes propriétés mécaniques. Le PEHD est un Polyéthylène Haute Densité.

PON (Passive Optical Network) : Réseau optique passif caractérisé par une architecture point-multipoints passive (plusieurs usagers partagent une même fibre et il n'y a pas d'équipement actif entre le central et les abonnés). Il existe différents standards de PON, parmi lesquels le GPON et le EPON.

PRÉCONNECTORISE (CÂBLE) : Câble dont toutes les fibres à chaque extrémité sont munies de dispositifs (connecteurs, épissures mécaniques...) permettant le raccordement direct sur un composant passif ou actif.

PRÉFORME : Tube en silice utilisé pour produire des fibres.

PROTECTION D'ÉPISSURE ou SMOOVE : Tube thermo-rétractable avec tige métallique ou renfort diélectrique pour protéger les fibres soudées.

PTO : Prise Terminale Optique qui constitue le point d’arrivée de la fibre optique chez l’abonné, appellation générique du DTIO.

PUISSANCE OPTIQUE : Puissance de la lumière au niveau de l’émetteur.

R

RAYON DE COURBURE : Rayon minimal de la courbe que peut accepter une fibre optique ou un câble sans qu’il y ait dommage pour la fibre optique.

RÉPARTITEUR : Equipement utilisé pour les fonctions de regroupement, de brassage et de distribution des câbles optiques au sein des NRO. Il se présente sous la forme de ferme ou de baie, et accueille les têtes de câble de la boucle locale (têtes de transport) et les têtes miroir des équipements actifs (têtes opérateurs).

RACCORD : Élément mécanique permettant de faire une connexion entre 2 fiches/connecteurs.

RÉFLECTANCE ou RETURN LOSS : Rapport de la puissance réfléchie sur la puissance incidente de réflexion exprimé en dB. La puissance réfléchie est liée aux événements affaiblissants les ondes le long d’une ligne (par exemple : épissure mécanique, retour connecteur, etc..). La maîtrise ce paramètre sera particulièrement importante dans les réseaux monomodes.

RÉPÉTEUR OPTIQUE : Dispositif servant à régénérer le signal entre deux segments de fibre optique. Permet d’augmenter la longueur et la topologie du réseau.

RÉSEAU : Interconnexion de systèmes, terminaux ou équipements de transmission de données.

RÉSEAU 10BaseT / 100BaseT : Réseau adoptant la norme IEEE 802. 3. Utilise des câbles à paires torsadées.

RET : Remote Electrical Tilt, cordon cuivre reliant le RRU à l’antenne et permettant son contrôle, notamment l’orientation du signal.

ROCADE : Câble utilisé pour relier des répartiteurs et des sous-répartiteurs dans les systèmes de câblage.

RRU : Remote Radio Unit ou Unité radio distante (RRU), émetteur récepteur radio distant au sein d'un système de station radio pour les réseaux sans fil.

S

SERTISSAGE : Opération consistant à établir un maintien d’une fiche optique sur le câble ou le tube de protection de la fibre.

SILICE : Matériau issu de la fonte de sable et servant de base à la fabrication de la fibre optique

SIMPLEX : Caractéristique d’un cordon fibre n’ayant qu’une seule fibre ou d’une fiche simple, par opposition au duplex qui possède deux fibres ou deux connecteurs.

SLEEVE ou MANCHON D'ALIGNEMENT : Partie centrale d’un raccord permettant d’aligner les férules des deux connecteurs.

SOUDURE : Épissure obtenue en reliant les extrémités de deux fibres optiques, à l’aide d’une source de chaleur. La qualité de la soudure dépend du bon positionnement et donc de l’alignement des cœurs des deux fibres optiques, afin de réduire au maximum l’affaiblissement généré.

SOUDEUSE FUSION : Équipement électrique utilisé pour fusionner/souder deux fibres à l’aide d’un arc électrique.

SOUDURE MÉCANIQUE : Ce raccordement permanent des deux fibres en position centrée s’effectue grâce à des techniques « mécaniques » dont la principale est le sertissage.

SOURCE : Laser ou émetteur créant un signal optique.

SWITCH ou COMMUTATEUR : Boîtier possédant autant de ports qu’il peut connecter de machines (4, 8, 16, 24). Son rôle est d’interconnecter deux segments de réseaux locaux.

SFP : Small Form factor Pluggable. Modules de conversion de média permettant d’apporter une connectivité optique aux équipements de type switch et routeur.

T

TOPOLOGIE : Disposition des éléments (ordinateurs, câbles et autres) sur un réseau. Un réseau peut être maillé, en bus, en anneau ou en étoile.

TIROIR OPTIQUE : Contenant placé dans une baie ou un coffret conçu pour réaliser l’épanouissement, le raccordement et le brassage des fibres optiques, quelle que soit la structure du câble (câble d’intérieur ou d’extérieur, fibres monomodes ou multimodes…). Ils peuvent recevoir des cassettes de stockage ou d’épissures ou des coupleurs.

V

VDI : Voix-Données-Images.

W

WAN : (Wide Area Network) Réseau capable de couvrir une zone géographique très étendue (sans limitation de distance, au-dessus du MAN et du LAN) empruntant les supports et services des opérateurs.

Z

ZONE MORTE : Zone de mesure proche du réflectomètre, où le signal subit les interférences dues à la réflectance de l’appareil de mesure.