Retour

Infos Fibre

Discrète mais néfaste : une mauvaise pratique qui pénalise les déploiements fibre optique

Avez-vous déjà vécu cette situation ? Le réseau infra est installé, les câbles sont branchés et lovés dans les règles de l’art, les connecteurs bien installés, les tests sont faits et validés… Et quelques jours ou semaines plus tard, on détecte une instabilité des connecteurs, voire une perte importante de plusieurs décibels : le signal ne passe plus !

Vous déclenchez le plan d’action qualité : au premier abord, les connecteurs semblent défectueux. Après plusieurs tests de mesures, des déplacements sur le terrain pour vérifier les branchements et des heures d’échanges avec les techniciens, les spécialistes qualité identifient la source du problème : une pollution due à la salive !

Ce problème récurrent est apparu au fil des années. Pour « assurer » du premier coup les résultats des tests pour les connexions à l’installation, les techniciens déposent de la salive sur les fiches. Cette astuce utilisée pour permettre le passage du signal même si le contact des cœurs de fibre n’est pas parfait, se propage d’un technicien à l’autre, en interne.

Un gain de temps lors de l’installation ?

Une fois l’installation du technicien terminée, ce dernier effectue une mesure pour contrôler si le matériel fonctionne correctement. Il doit bien évidemment recommencer le travail si les résultats ne sont pas bons.

Si, par exemple, les mesures ne sont pas conformes à cause d’une fiche de bobine amorce dégradée (impacts sur la face de la fiche de bobine amorce en particulier), le dépôt de salive va venir compenser les espaces entre les faces optiques et rendre le RL (Return Loss) de la mesure conforme à la mesure du réflectomètre.

Cette pratique permet d’obtenir rapidement un meilleur résultat au moment du test.
Ce résultat donne l’impression que le dépôt de salive est une opération bénigne et bénéfique. Mais en réalité, le connecteur va présenter d’importantes pertes et un mauvais résultat au réflectomètre lors d’une contre-mesure ou de la mise en service, lorsque la salive a séché. La salive vient dégrader les faces optiques et va, par exemple, jouer le rôle d’un filtre entre ces dernières et donc empêcher la circulation d’un bon débit.

Les conditions d’une connexion optique optimisée

Afin de réaliser une bonne connexion optique, il est nécessaire que les deux fiches installées dans un raccord soient parfaitement alignées et en contact.

Rappel :

Fiche : élément mâle du cordon ou du pigtail pour le raccordement optique. Contient un embout optique en céramique, appelé férule (flèches jaunes).

Férules

Raccord : partie femelle/femelle pour le raccordement optique

Raccord

Vue éclatée du raccord

Raccord éclaté

Connecteur : ensemble de 2 fiches et d’un raccord, créant la connexion optique

Connecteur

Dans le cas de problème de connectivité lors de la présence de salive, une analyse par tomographie a été réalisée. Ceci permet de comprendre la perte en décibel et identifier à quel niveau du raccord pouvait se trouver le défaut.
Cette technique permet de reconstruire un solide par plusieurs photos aux rayons X, un peu comme une IRM.

Lors d’une connexion conforme, les férules sont en contact, comme on peut le voir ici :

Vue IRM du raccord

Fiches SC-APC dans le raccord

Lors des analyses sur fiches polluées, on observe qu’il y a un espacement entre les férules. Les résidus de salive dans le raccord empêchent la férule du bas, sur l’image, de se mettre en place correctement :

Fiches SC-APC polluées dans le raccord

On peut constater que lorsque la salive a pollué la fiche, la férule ne rentre pas correctement dans le raccord, ce qui empêche une bonne connexion.

Au microscope, en bout de fiche, on observe clairement la pollution due à la salive :

Vue microscopique de la fiche avant et après nettoyage

Avant/après nettoyage au solvant

Pour nettoyer correctement des fiches ayant reçu de la salive, il est conseillé d’utiliser de l’alcool ou un solvant, au lieu du stylo ou de la cassette de nettoyage habituel. On constate que la salive pollue aussi le raccord et qu’un nettoyage avec un bâtonnet traversant ne suffit pas complètement à nettoyer ce dernier.

Les bonnes pratiques à rappeler aux installateurs

En espérant obtenir un résultat de connexion optimale, l’astuce de la dépose de salive entraîne l’effet inverse. Lorsque celle-ci sèche, elle génère une mauvaise connexion et des difficultés dans tout le réseau fibre optique. Il est donc nécessaire d’alerter les équipes d’installation et qualité sur l’inefficacité de cette pratique, discrète mais néfaste pour tout le réseau.

Afin de bien réaliser les mesures, le technicien devra s’assurer de la qualité de la bobine amorce au microscope ou par une mesure de bobines entre elles. Ainsi que nettoyer systématiquement la fiche de celle-ci avant et pendant la série de mesures.

Si le test met en avant une pollution, il sera nécessaire de nettoyer les 2 fiches du connecteur. Selon le type d’impuretés : stylo ou cassette pour des pollutions « basiques », nettoyage au solvant pour les pollutions fortes. Un nettoyage à sec après le passage au solvant est nécessaire.

En conclusion, il ne faut surtout pas utiliser de salive. Cela entraîne un dysfonctionnement important à court ou moyen terme. Et cette pratique génère de l’insatisfaction client pour tous les opérateurs et une mauvaise image de la profession de technicien.